| Si Hénaff et son fameux pâté ont de nombreux fans en Bretagne comme ailleurs, peu de gens sont conscients des efforts consentis par l’entreprise en matière de RSE. Pour faire passer Hénaff du statut de marque sympathique et responsable à celui de marque sincèrement engagée, il fallait revoir en profondeur son discours sur le fond comme sur la forme.

Ah, le pâté Hénaff ! Le pâté du mataf. Ce pâté qui a fait le tour du monde dans sa petite boîte de conserve cylindrique. Et qui maintenant s’envoie en l’air jusque dans la thermosphère depuis qu’il a été sélectionné par les équipes d’Alain Ducasse pour être au menu de la station spatiale internationale. Un pâté qui n’a pas peur de voyager donc — Hénaff est l’une des deux seules entreprises françaises autorisées à exporter des produits à base de viande aux USA — mais qui a surtout fait le bonheur d’un nombre incalculable de bretons et d’autres aficionados depuis plus d’un siècle.

Car l’entreprise finistérienne a beau avoir l’ambition de séduire un nombre croissant de Français, elle n’en oublie pas pour autant l’histoire qui la lie à son territoire. De fait, ses produits sont tous marqués du sceau du local. Non seulement les porcs qui sont à l’origine des pâtés et des saucisses Hénaff sont élevés localement par une trentaine d’éleveurs, mais ils finissent leur vie à moins d’1h30 de leur ferme dans un abattoir détenu et donc directement contrôlé par l’entreprise. 

Les boîtes de conserve protégeant le célèbre pâté ne sont pas en reste puisqu’elles sont produites à Douarnenez (à 3h37 de marche du siège d’Hénaff) par un fournisseur auquel l’entreprise est resté fidèle depuis plus de 100 ans. Lorsqu’elle est forcée d’aller s’approvisionner ailleurs comme c’est le cas pour le poivre qui constitue l’un des trois ingrédients utilisés dans ses saucisses, la PME bretonne ne laisse pas ses principes à la maison : la totalité des 12,6 tonnes de poivre nécessaires chaque année à l’élaboration de ses produits est issue d’une coopérative de poivre bio réunissant 280 cultivateurs Santoméens à qui Hénaff garantit un prix fixe.

Bref, vous l’aurez compris, la PME finistérienne a à cœur de faire les choses bien. Ou en tout cas de les faire mieux, consciente que le chemin vers le bien est encore long et risque par moment de s’avérer ardu. Mais cela ne l’effraie pas, elle qui se démène sur tous les fronts (gestion de l’eau, suppression des sels nitrités, recyclage des emballages, développements de produits bio, etc.). C’est donc assez naturellement que nous lui avons proposé d’adopter une nouvelle signature qui recentre la marque sur tout ce qu’elle a accompli depuis des années.

Une campagne d’affichage qui associe produits et engagements de la marque

Pour donner corps à cette nouvelle signature, Hénaff prendra la parole en affichage et sur le digital de mai à juin dans tout le Grand Ouest, sa zone de chalandise historique. Chaque prise de parole met en avant un engagement de la marque tout en l’associant à l’un de ses trois produits phare : pâté BIO, saucisses et tartinades.

Une musique de film faite maison

Trois films publicitaires ont également été créés pour être diffusés en pré-roll sur YouTube et sur les réseaux sociaux. Pour accompagner notre propos, nous avons composé une bande sonore originale basée quasi-intégralement sur des percussions réalisées avec des boîtes de conserve de produits Hénaff. Une façon pour la marque de montrer à quel point elle tient au « fait maison ».

Étant donné que les prises de parole publicitaires n’insisteront que sur une fraction des efforts réalisés par Hénaff, chaque billet, chaque bannière et chaque vidéo redirigera vers une landing page dédiée à l’ensemble des engagements RSE de la marque.

Un nouveau virage pour la marque

Parce qu’elle transcende le simple argument produit, cette première campagne marque le début d’un nouveau chapitre pour la marque. Un chapitre dans une histoire plus globale que nous espérons fertile. À bientôt pour la suite !

Abonnez-vous à notre newsletter

Plus de références